Document sans titre
 
Historique
 
Dans cette rubrique nous vous proposons de découvrir l'histoire de l'association et de l'Esplanade des Marronniers
 
Tout savoir sur:
L'histoire du kiosque à musique
Les colonnes romaines
La naissance de l'association
La vie de l'association
L'association au fil des années
 
Le Kiosque à musique

L’histoire du kiosque de l’esplanade remonte il y a près d’un siècle, le 2 septembre 1893 lors d’une assemblée, la société de développement de Nyon eut l’idée de placer un kiosque à musique sur la promenade des Marronniers. Une belle occasion se présentait à ce moment-là : on offrait à la société de développement un pavillon devant être construit pour une exposition horticole au prix modique de 300CHF.


Carte postale datant du 9 juin 1901

Le 7 octobre 1893, une séance de comité a lieu au château sous la présidence de M. Roux. Selon la lettre de la municipalité le projet est accepté. Le 17 juin 1894 à 3 heures précises, la société de développement de Nyon inaugura le kiosque de la promenade des Marronniers par un temps magnifique avec au programme le cœur mixte, « Léman », la fanfare, « la Concorde » et l’orchestre de Nyon. Le concert de ce dimanche fut un énorme succès ; c’est pourquoi depuis d’autres concerts ont continué à animer l’esplanade pendant quelques années.


Affiche du concert du 17 juin 1894 et Carte postale datant du 9 juin 1901

Le pavillon était construit en bois. Malheureusement avec le temps le pavillon perdit de la valeur même qu’en 1898 après des actes de vandalisme il fallut remplacer la serrure et refaire une partie de la clôture qui l’entourait. Puis avec les années le ciment remplaça le bois ce qui lui a ôta tout son charme. Depuis, seul le culte patriotique y trouve encore sa place.

 
Les colonnes Romaines

Les colonnes qui se trouvent actuellement sur l’Esplanade des Marronniers appartenaient à l’origine aux portiques semi-surélevés du forum, situé au centre-ville, construit vers 50 après. J.-C par l’empereur Auguste. Dès 1940, des fouilles dans l’enceinte du forum ont été effectuées et la découverte de l’area sacra ont permis de retrouver les trois colonnes du portique.


Les colonnes Romaines, le 6 juin 2004

En 1958, les colonnes ont été remontées sur l’esplanade à l'occasion du bimillénaire de la fondation de cette ville par Jules César. Et depuis, les colonnes dominent l’Esplanade des Marronniers.

 
La naissance de l'association

C’est en 1992 qu’une équipe se mobilise pour relever un défi : Animer une place tombée dans un silence profond ; et pourtant quatre membres fondateurs se sont lancés dans l’aventure. Un photographe (Dany Berger), un comédien (Jean-Paul Ursenbacher), un musicien (Francis Vanni), et un cuisinier (Christophe Decurtins), se sont associés dans l’idée de réaliser des spectacles sur l’Esplanade des Marronniers afin de la faire revivre. Une idée qui était contre l’avis de tous mais tout à fait réalisable.


De gauche à droite: Jean-Paul Ursenbacher, Francis Vanni, Dany Berger et Christophe Decurtins

 
La vie de l'association

Les dernières animations musicales de la Place des Marronniers remontaient au début des années soixante et depuis, la place n’était plus occupée que par des joueurs de boules et les propriétaires de chiens. La fête du premier août s’étant déplacée à Rive, seul restait sur la place le culte patriotique, et cela seulement en cas de beau temps.

« Les discussions sur l’Usine à Gaz ont été nombreuses pendant la campagne. L’une d’entre elles, qui fit polémiquer Dany Berger et Francis Vanni, débouchera sur une réalisation intéressante. Une association s’est créée afin d’organiser des concerts-apéritifs sur l’Esplanade des Marronniers à Nyon, histoire de donner vie à cette place, vedette des cartes postales nyonnaises »
(La Côte du 12 août 1993.)


Photo de l'un des tout premiers concerts

 
L'association au fil des années

1993:
La demande d’autorisation à la municipalité ayant pris plus de deux mois, le premier concert sur la Place des Marronniers a eu lieu le dimanche 15 août avec les Foutoid’sa, orchestre comprenant des musiciens jouant dans diverses formations de la région. La musique champêtre, la fanfare, le jazz et la musique classique ont été les choix retenus par l’association.

  • L’association peut déjà compter sur une dizaine de membres venant chaque dimanche pour prêter main forte afin de préparer la place.
  • Monsieur Christophe Decurtins, fraîchement arrivé à Nyon et patron de l’auberge du XVIe Siècle met sa patente à la disposition de l’APM et se charge de fournir les boissons et la petite restauration. Il prête également une petite table pour la buvette.
  • Cinq tables sont installées tous les dimanches pour accueillir le public.
  • Il y aura une quinzaine de personnes qui feront le déplacement pour assister au premier concert.

1994:
La toute jeune association entame sa deuxième année d’existence et se bat en permanence avec les soucis financiers et l’animosité des voisins, ne sachant encore comment tout cela va finir. La programmation est faite et de nombreux trous sont encore à boucher ; ainsi, les quelques formations amies sont fortement sollicitées.

Au départ de la saison, la programmation n’était pas encore bouclée et le président de l’époque, Jean-Daniel Vanni, attendait encore des propositions de formations musicales intéressées à se produire pour un modeste cachet.

  • Jean-Daniel Vanni prend en charge les guides de l’Association. Il restera président jusqu’en 1997.
  • Les groupes sont engagés sur la base d’un contrat écrit, ce qui les rassure et permettra, par la suite, l’engagement de formations plus sérieuses et plus professionnelles.

1995:
Pour la première fois, arrivée d’une chorale sur l’Esplanade ainsi que d’un groupe folklorique espagnol.

« Ah le petit vin blanc qu’on boit sous les marronniers. Un petit air revisité qui traduit bien l’ambiance qui règne chaque dimanche d’été à la Place des Marronniers, un des plus beaux coups d’œil de Nyon. » (24 H. du 25.7.95.)

  • La buvette étoffe son offre de boissons, notamment en proposant des boissons chaudes (thé et café) et du vin rouge.
  • Dès à présent, c’est la boulangerie Marti qui proposera la restauration.
  • Le public commence à connaître ce rendez-vous dominical et se déplace en plus grand nombre. Chaque dimanche, l’APM accueille entre 100 et 150 personnes.
  • Jusqu’à la fin de cette saison, c’est encore la fontaine qui servira à rafraîchir les boissons.

1996:
« Sous la voûte naturelle constituée par les arbres de la Place des Marronniers, à Nyon et sur fond de colonnes romaines, les styles musicaux les plus divers seront honorés chaque dimanche, du 16 juin au 8 septembre». (Lausanne Cité du 30 mai 96.) C’est ainsi que débute le premier article de l’année consacré à l’association de la Place des Marronniers. Dans la programmation de cette quatrième saison, nous voyons apparaître plusieurs formations de renommées internationales.

« Ce qui était un coup d’essai sur quelques dimanches s’est transformé en une belle aventure » concluait Jean-Daniel Vanni, président de l’association. Pourtant, et malgré un budget équilibré, au début de cette nouvelle saison, de nombreux problèmes n’ont encore trouvé, aucune solution :
Problème majeur et dont on parle depuis le début : le soulagement des vessies et les caprices du temps !

  • Jusqu’en 1996, le budget de l’association était tellement serré que les membres avaient reçu l’ordre de récupérer les sacs poubelles, afin de pouvoir les réutiliser les dimanches suivants.
  • Arrivée en fanfare sur la place du premier frigo qui remplacera avantageusement la fontaine.
  • Pour contrer les caprices du temps, l’association achète des tentes (pavillons de jardin) pour abriter les artistes, non seulement contre la pluie, mais également contre les ardeurs du soleil.
  • Le Vieux Carré fait un tabac sur la Place des Marronniers. Plus de trois cents personnes assistent au concert.
  • Premier livret de programme complet et détaillé avec descriptif des groupes et annonces.
  • Apparition des cartes de membre de soutien (prix à bien plaire) et des cartes de membre actif pour cotisations annuelles.
  • Apparition des T-shirts blancs pour tous.

1997:
La seule véritable hantise de l’Association de la Place des Marronniers est de se ménager la complicité de la météo. Mais sur les 3 concerts échelonnés jusqu’à mi-septembre, la durée joue en leur faveur. (La Côte du 2 juin 1997.) En effet, les pavillons de jardin achetés l’an passé, restent une solution peu onéreuse, mais ô combien provisoire.

Un grand motif de satisfaction pour le comité est la reconnaissance : « On constate au fil des ans que le bouche à oreille fonctionne bien, puisque les formations s’annoncent d’elles-mêmes ».

  • Un container est mis à la disposition de l’APM pour ranger le matériel.
  • Toutes les années précédentes, l’association organisait 12 concerts durant l’été, cette année, ce sera 13 concerts du dimanche et 3 ou 4 samedis.
  • La prestigieuse école anglaise, le « Wirral School’Band » voulant tellement se produire à Nyon qu’il aurait été possible, sous la bénédiction de Madame Raboud de déplacer le concert à la salle communale. Heureusement pour la formation, la météo de ce jour était de la partie.
  • C’est pour le Wirral School’Band que le petit train s’arrêtera pour la première fois devant la Place des Marronniers.
  • Le cercle des habitués s’agrandit, et de plus en plus de public assiste aux concerts. Nous pouvons compter cette année sur une moyenne de 300 personnes.
  • Des toilettes ont été mises à disposition du public, et c’est derrière le temple de Nyon que ce problème a enfin trouvé sa solution.
  • Apparition du press-Book de l’association.
  • Quelques membres masculins de l’association viennent au concert de Briand Mc Combe en kilt.
  • Le journal de la Côte offre trois cents affiches à l’association.

1998:
Une semaine avant l’ouverture de la saison, l’Association dévoile son programme. Si les autorisations avaient été obtenues l’an passé pour l’organisation de manifestations le samedi, ce n’est qu’en 1998 que sont effectivement admis pour la première fois, des concerts les samedis en fin d’après-midi.

« Tout va bien. Ca baigne. On a commencé par le froid et on finit par le froid… » La Place des Marronniers est bénie des dieux car, à l’exception d’un concert, annulé pour cause de pluie, tous les groupes ont réussi à passer entre les gouttes. Et pour la première fois, on ne dénote aucun problème avec le voisinage.

  • L’association se dote d’un nouveau président en la personne de Monsieur Alain Peter.
  • Proposition d’AnimaNyon de présenter l’APM au marché le samedi matin.
  • L’association invite les EMS nyonnais à venir pour le thé dansant le samedi en fin d’après-midi.
  • Invitation également pour une institution d’handicapés.
  • La salamandre remplace le four à raclette pour maintenir la restauration au chaud, En effet, le four à raclette avait une fâcheuse tendance, celle de brûler les salées.
  • Changement de local pour stocker les boissons. De plus, celles-ci seront désormais amenées sur place, par nos fournisseurs.… On ne verra plus les T-shirts jaunes suer sous la charge en tirant et poussant le petit char.
  • Panne de courant sur la place lors du concert de Guitar’s Plus. Le groupe descend jouer dans le public et se taille un franc succès

1999:
A dix jours du premier concert, l’un des plus gros marronniers de la place se fait terrasser par un méchant coup de Joran. Un doute plane. Va-t-on pouvoir entamer la saison à l’heure ? Quelle est l’état de santé des autres arbres ? La place est-elle devenue dangereuse ? Telles sont les questions qui nous viennent à l’esprit. Heureusement, après expertise des marronniers restants, nous avons reçu le feu vert pour nos concerts de la saison 99.

Les concerts dominicaux de l’Esplanade des Marronniers sont à présent, devenus le rendez-vous incontournable du dimanche matin. « Notre but était de faire bouger les Nyonnais quadra- et quinquagénaires qui se terrent chez eux le dimanche ». (Alain Peter dans la Côte) Mais pourquoi donc se limiter aux 40 et 50 ans ? Chacun peut vouloir entamer son dimanche en dansant, et ce n’est certes pas les enfants qui le contrediront. Le succès de la manifestation se confirme d’année en année, malgré le fait qu’elle soit toujours sujette aux aléas de la météo, heureusement clémente tout au long de cette saison 1999.

  • Trois frigos trônent désormais derrière la buvette, laquelle est maintenant protégée par deux pavillons de jardin.
  • Un podium est installé devant le kiosque pour toute la saison.
  • La fête du premier août revient à la Place des Marronniers ; et c’est l’APM qui est chargée d’organiser l’accueil, ainsi que le ravitaillement en boissons et en nourriture pour cette manifestation.
  • Expo -Nyon invite l’APM à venir se présenter sous la bulle le 23 mars.
  • Le kiosque à musique de la radio Suisse Romande vient sur l’Esplanade des Marronniers pour présenter son émission. A charge de l’APM d’organiser cette journée.
  • D’une année à l’autre, nombreux sont les groupes qui demandent à pouvoir revenir jouer sur la Place des Marronniers. Un musicien n’a-t-il pas dit à l’issue de son concert : « Vous disposez probablement de la plus belle salle de concert au monde… » Moralité de l’histoire : il nous manque des dimanches pour pouvoir contenter tout le monde.

Le kiosque à musique 1999:
Le samedi 3 juillet, l’Association de la Place des Marronniers recevait la célèbre émission de radio animée par Valdo Sartori : le kiosque à musique. L’une des conditions à remplir pour l’APM pour pouvoir accueillir cette animation était de faire couvrir la place. En effet, celle-ci se donne par n’importe quel temps et il était hors de question d’organiser cette fête ailleurs que sur notre place. Toutes les formations qui participèrent à cette journée étaient déjà venues sur la place et chacune d’entre elles ont tissé des liens particuliers avec l’Association.

 

Pour respecter les impératifs de la radio (changement rapide des formations), trois espaces avaient été préparés, à savoir le kiosque lui-même avec la sono, le plancher devant le kiosque pour les chœurs et une place devant la buvette

2000:
Le nouveau millénaire a vu la durée du concert se prolonger de trente minutes pour le plus grand plaisir de chacun.
Notre collaboration avec la commune pour le culte patriotique se traduit par l’apport du gospel et de musique folklorique suisse. Autre nouveauté ; deux groupes pour le même concert (les demandes étant nombreuses !).

La devise du début a été respectée, puisque huit ans après nous pouvons compter dans nos membres, des jeunes de moins de 20 ans et « s’il vous plaît », ce n’est pas des moindres, quand on connaît tous les moyens d’occupations électroniques à leur disposition !

  • Remplacement de la salamandre par le micro-onde.
  • Acquisition d’une nouvelle sono.
  • Modernité des temps : une borne électrique a été installée.

 

2001:
Mauvais début de saison… Pour la première fois depuis des années, des concerts durent être annulés en raison du très mauvais temps. Il s’agit des deux premiers concerts (soit trois prestations). Nous avons profité d’une petite accalmie pour lancer le concert du Vieux Carré, malgré le froid et le temps incertain…

Ras-le-bol de voir certaines personnes débarquer régulièrement avec leur pique-nique et leurs boissons. Nous nous sommes donc permis de le faire remarquer en apposant sur chaque table un petit écriteau plastifié précisant que les tables sont réservées aux usagers de la buvette. N’oubliez pas que chaque dimanche, la gratuité de nos concerts est possible grâce aux produits de la buvette.

L’été 2001 ayant été assez pluvieux et frisquet, nous avons pu constater un rush sur les thés et cafés… A chacun d’en tirer les conclusions.

Bien que nous ne soyons pas les propriétaires de la place, il est vrai que nous ne serions pas contre un petit merci ou un petit coup de main pour ranger les infrastructures laissées en place par les manifestations parallèles qui empiètent joyeusement sur notre temps d’occupation. Quatre ou cinq employés communaux ne suffisent pas pour ranger rapidement les trois cents chaises utilisées. A chaque fois, nous avons dû donner un coup de main et il est vrai que les groupes ne nous font pas un prix d’amis si leur temps de prestation a été raccourci de trois quarts d’heure.

  • Stève (prononcez « Stève » et non « stive » afin de vous éviter une remarque désobligeante) a suggéré d’instaurer le tri et la récupération de l’aluminium et du PET. Les résultats sont époustouflants :
    • 3,254 Kg pour l’aluminium
    • 0,527 Kg pour le PET
  • Nous profitons donc de ces quelques lignes pour féliciter Stève pour cette excellente et courageuse initiative : Bravo !
  • Grande nouveauté : le premier rallye pédestre de l’APM, créé et organisé par notre secrétaire, très efficacement soutenue par les jeunes de l’association, a rencontré un franc succès. Les participants, tous de fervents habitués de nos matinées dominicales, ont joué le jeu, malgré un départ sous la pluie. Deux équipes sont arrivées à égalité de points. Celles-ci durent être départagées par une « activité physique ». L’équipe gagnante, a en outre remporté l’indicible privilège d’organiser le rallye 2002…

2002:
Voilà déjà 10 ans qu’une centaine de groupes différents ont animé le kiosque ainsi que l’habitude de venir prendre l’apéritif en musique.
Une chose est sûre et ce n’est pas le public qui le démentira : il est possible d’associer l’ancien et le nouveau, les jeunes et les moins jeunes, le classique avec le moderne mais en aucun cas de prévoir la météo… Notre 10ème anniversaire, soit le 11 août, est donc « tombé à l’eau » et nous avons même annulé trois concerts de suite.

Pour la deuxième année consécutive, notre rallye pédestre a doublé ses participants. Quelques 20 équipes ont joyeusement arpenté les rues de Nyon sous une bise un peu glaciale pour la saison !

  • Finie l’installation des tables oranges et de leurs lourdes structures métalliques, l’association s’est offerte une vingtaine de nouvelles tables, plus légères et surtout plus simples à monter.
  • Le succès toujours grandissant, elle s’octroie un second four micro-onde et élargit son choix de boissons. La buvette est parfois sujette aux embouteillages ce qui nous a obligés à l’étendre en y ajoutant un plateau supplémentaire.
  • Le tri et la récupération sont devenus un principe habituel.

 

2003:
Si tous les dimanches d’été étaient aussi secs et chauds, nous n’aurions plus à nous soucier de monter les tentes au cas où… Cette année, malgré un concert annulé, les parasols étaient de la fête et souvent partagés à plusieurs, leur nombre étant insuffisant !
Par ces températures assommantes, l’eau et le rosé ont battu tous les records de vente, provoquant une rupture de stock.

  • La nouveauté de la saison ce sont les tables de bar et pour parer à la grande affluence, nous avons encore ajouté des tables.
  • La sono s’est vue complétée par de nouveaux accessoires et la buvette d’un frigo supplémentaire. Malgré quatre frigos, il n’y a pas assez de places pour ranger toutes les boissons au frais.
  • Pour faciliter le transport et montage des tables, nous avons fait construire un chariot

2004:
Pas de parapluie cette année, ni de renvoi, la météo a été très clémente. La journée du 15 août, organisée en partie par le Rotary Club en faveur de la réhabilitation d’un nouveau kiosque, fut grandiose. Jamais les tables et bancs de l’association n’avaient connu pareille affluence. Peut-être et surtout la participation bénévole du Moustache Club l’aura rendue encore plus attrayante.

  • L’augmentation de tables nous a obligé à faire construire un second chariot.
  • L’été 2003 ayant été si chaud, nous a donné l’idée d’investir pour des rafraîchisseurs à bouteille, un petit plus qui a été appécié par notre public.
  • La vente des t-shirts a été fructueuse puisqu’en milieu de saison, il ne nous en restait plus un !
  • En plus du snack habituel, nous avons proposé de temps à autre, quelques mets chauds (Chili con carne, Empanadas, Malakofs).
  • Le rallye, victime de son succès, a enregistré plus de trente équipes. Une réussite qui désormais prend une place dans la vie de l’association.
  • La buvette s’offre un nouveau toit de 6m sur 3m.

2005:
Une belle saison pour l’association, malgré les problèmes posés par le voisinage. De ce fait, le kiosque ne pourra pas être reconstruit de sitôt. En fin de saison, la démission de 4 membres va fortement déstabiliser le fonctionnement du montage et démontage des concerts 2006 si personne d’autre ne se présente.

  • Afin de faciliter l’accès à la buvette, celui-ci a été revu et amélioré (1er étape le snack, puis les boissons avant de se retrouver à la caisse).
  • Le rallye, organisé par le Moustache Club par un super dimanche, a été très apprécié ; 23 équipes dont environ 80 personnes y ont participé.
  • On peut compter dès à présent 5 frigos derrière la buvette.
  • Les mets chauds ont été remis avec une nouveauté lors d’un concert nuageux et frais : une raclette a été organisée avec un grand succès.
  • Le kiosque à musique ne sera pas reconstruit de sitôt pour cause de voisinage mécontent du projet.
  • En fin de saison l’association doit changer de local pour stocker tout son matériel. C’est sous la salle de gym du collège et dans la cave de la voirie qu’a été trouvée la solution.

2006:
Dans l’ensemble, une saison moyenne pour l’association vu les restrictions imposées, cette année, tant au niveau sonore qu’horaire.
De plus la saison a très mal débuté puisque nous nous sommes fait voler tous les micros, une nouvelle machine à café, un micro-onde encore emballé, la caisse à outils (malgré nos vieux outils) sans oublier les dégâts causés à la grande tente et aux portes de la roulotte.

  • Le rallye organisé cette année par les membres de l’APM a connu un réel succés. 19 équipes se sont mesurées sur des thémes originaux tels que construction et lancer de parachute, exercice de pompier ou encore dessin du château de Changins.
  • Rachat de tous les micros, ainsi que 2 nouvelles machines à café, et de tout le matériel volé.
  • La Sangria fait désormais partie de la liste des boissons.
  • Les mets chauds sont très appréciés et cette année ce sont les malakoffs qui ont été les vedettes.
  • La mise en place d’un planning de montage et de rangement a permis aux membres de gagner une heure de travail.
  • Grande nouveauté, l’achat d’une tente de 4m sur 10m pour entreposer tables, frigos et gros matériel.
  • Les Tourtel ont été remplacées par la Clausthaler.
  • Le nouvel arrangement buvette a été amélioré pour le confort de chacun.

2007:
La saison a été bonne au niveau musical malgré les mêmes problèmes de voisinage et restriction sonore. Cette année encore, le vandalisme a été présent, porte de frigo arrachée, matériel abîmé et machine à café volée bref notre présence n’est pas appréciée de tous ! Au sein de l’association l’ambiance a été très tendue en fin de saison et avons enregistré plusieurs départs pour diverses raisons ce qui nous amène à un nombre de bénévoles beaucoup trop faible et nous le regrettons. Cette année aussi nous avons changé de président et c’est Jehan Ducret qui a repris le flambeau.

  • Nous avons acheté 3 grandes tentes pliables ce qui nous a permis de gagner 90 minutes au montage.
  • Nous avons dû aussi racheter une machine à café.
  • La bière pression fait désormais partie des boissons proposées ainsi que les pâtés pour le snack.
  • Rachat de deux grands frigos.
  • Nous avons proposé à notre public des albums souvenir pour le prix de 50.-.
  • Sur notre site Internet, nous avons ajouté une nouvelle rubrique « Newsletter ».
  • Le rallye organisé par les gagnants de l’édition 2006 a été une réussite, particulièrement dans l’originalité des jeux.
  • Le rallye a vécu ses derniers jours à la salle de gym du centre ville et se déplacera la saison prochaine à la salle communale.
  • Le dernier concert, proposé à la salle communale a connu un vif succès et sera donc reconduit la saison suivante.

2008:

2009:

 
 
© J.Ducret 2013
Site web crée par Mistic Live